La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Avant j'étais parfaite...

« Avant j'étais parfaite, maintenant je m'améliore ».
 Joli lapsus de Louise!
 
Pourquoi était-elle parfaite?
Était-elle parfaite?
Y a-t-il un âge parfait?
Une beauté parfaite?
Une façon de faire qui soit parfaite?
Parfait en fonction de quoi?
Qu'est-ce qui est parfait?
 
Un après-midi parfait en pleine nature, une grande marche dans une forêt. La branche cassée au travers tous les arbres majestueux, est-ce que cette branche est parfaite si le décor est parfait?

Est-ce que la quête de la perfection est valable? Qui nous demande d'être parfait?
Il arrive très souvent que j'aime quelqu'un pour ce qu'elle a de vulnérable parce que cette vulnérabilité est touchante et vraie. Cette vulnérabilité toucherait-elle la perfection?

Pendant l'enfance, le cerveau est très malléable, les perfectionnistes ont acheté plus précisément l'information suivante : « Ce qui vaut la peine d'être fait, vaut la peine d'être bien fait ».

L'information est juste, mais elle vient avec une autre information plus subtile qui porte ce message : « Si tu es parfaite, papa et maman pourront t'aimer ».

Je dis parfois que les enfants se nourrissent davantage d'amour que de nourriture. Leur besoin de se faire aimer est tel, qu'ils développeront les qualités de manière à combler ce besoin d'amour sans fond.

Certains individus sont complètement hypnotisés par cet obsession de la perfection. Les gens faisant des « burnout » et dépression sont généralement
extrêmement perfectionnistes. Nous accordons actuellement beaucoup de valeur à ce que nous faisons, ce que nous possédons et très peu à ce que nous sommes. Voilà pourquoi, il faut sans cesse « s'améliorer ».

Comment faire pour s'améliorer davantage si tout faire nous épuise tellement?
Mes clients arrivent d'eux-même à la conclusion suivante : « Je dois cesser une fois pour toute de m'agiter à la poursuite d'un but continuellement repoussé à cause d'attentes encore plus grande des échéanciers serrés ».

Cela ne me nourrit plus suffisamment. Mon corps se fatigue et m'envoie des signaux,
le sommeil n'est plus réparateur, la digestion se fait mal, ma respiration n'est plus profonde, je n'ai pas de désir sexuel. Un ou l'autre de ses signaux donnés par le corps, s'il n'est pas entendu, enclenchera le suivant, et ainsi de suite. Généralement les perfectionnistes ignorent ces signaux, trop occupés à la poursuite de leurs idéaux utopiques. Comme disait Marc Fisher : « Il nous faut refaire sa propre éducation ».

À l'âge adulte, nous n'avons plus besoin de l'amour et de l'approbation si grande de nos parents pour survivre. Nos collègues de travail trouvent difficile nos comportements agités et nos attentes de glorification. Lorsque je suis en consultation et qu'un client se détend, apprend à rire de lui même et se sent heureux. Je lui fait la réflexion suivante : n'est-ce pas que nous sommes maintenant en train de vivre un petit moment de grande perfection?

Nous sommes sortis de l'agitation pour entrer dans l'action du cœur. Le cœur est beaucoup plus intelligent que la tête. Beaucoup beaucoup plus.
Pensez aux gens que vous aimez, ne sont-ils pas « aimants »?

Le cœur nous rend plus proche de qui nous sommes vraiment. L'action du cœur au quotidien guérit le corps en secrétant de l'endorphine et peut amener des résultats absolument fantastiques dans tous les aspects de la vie. Les gens qui nous aiment nous aiment plus présent, plus relax, plus vrai.