La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

 « Le mental intuitif est un don sacré et
le mental rationnel est un serviteur fidèle.
Nous avons créé une société qui honore
le serviteur et a oublié le don. »
Albert Einstein

INTUITION, INSTINCT OU PERSÉCUTION ? 

En portant une légère attention à ce qui se passe dans notre tête, nous pouvons prendre conscience que certaines voix entretiennent des dialogues intérieurs.

On dirait des personnages de dessins animés, ange et démon juchés sur nos épaules, s'affrontant fermement dans la dualité. Une de ces voix nous encourage, l'autre fait le contraire. Qui a raison ? Quel est donc ce processus ?

En fait, ces voix sont celles des deux hémisphères du cerveau. Le cerveau droit plus émotif
et le cerveau gauche qui aime l'ordre et le contrôle. Nous sommes deux.

Il nous suffit de nous écouter dans le silence pour le comprendre.

Ces voix s'animent dès qu'il y a un conflit intérieur.

Nous n'avons pas tous les mêmes peurs. Le conflit est lié aux mémoires qui sont dans notre cerveau.

Lorsque j'ai fait une de mes formations en hypnose, ma professeure m'a affirmé que chaque conflit intérieur était invariablement gagné par le cerveau droit, l'émotionnel.

Si l'individu semble avoir un contrôle apparent sur ses conflits, le corps va finir par somatiser la difficulté. Par l'expression du symptôme, le corps indique très clairement quelle est la peur qui est sous-jacente. C'est l'expérience qui me permet de l'affirmer. Au début de ma pratique de naturothérapeute, je traitais les émotions conflictuelles et les corps se rétablissaient, même si au départ, j'ignorais tout du symptôme physique. Ce sont mes clients qui m'informaient du processus de guérison du corps.

Le malaise est issu de la peur (consciente ou non) et est lié à l'instinct.

La peur est une forme d'agitation qui appelle le désir de contrôler.

La peur nous fait toujours imaginer le pire.

Elle amène notre énergie en agitation dans notre tête; tourne et retourne la difficulté dans
tous les sens afin de tenter de trouver une solution.

C'est généralement la peur enfantine du loup qui commande la fuite ou l'inaction.

Ce phénomène provoque son lot de tensions et de réactions malsaines pour le système nerveux. La peur fait battre le cœur plus vite, modifie la respiration et la circulation du sang.
Le cerveau sécrétera des hormones comme l'adrénaline et le cortisol. Comme si en soi, on appuyait en même temps sur l'accélérateur et sur les freins. C'est difficile pour toute la mécanique. En fait, c'est carrément épuisant, car le cerveau s'active de manière intense afin
de trouver la bonne solution. C'est une expérience forte en confusion. Ce n'est pas agréable
à vivre et demande une quantité énorme d'énergie, une énergie d'agitation qui tourne en rond.

J'ai longtemps pensé que de souhaiter avoir le contrôle était un signe de force.

La vérité est tout autre.

Je sais maintenant que c'est un signe de peur.

Soyons honnêtes, lorsque nous n'avons pas peur, il ne nous vient pas à l'idée de souhaiter
un quelconque contrôle; il est déjà là !

La peur peut parfois être stimulante et nous amener à passer à l'action.

L'expérience répétée d'une situation viendra à bout de la peur. Mais le prix à payer en temps, en force et en courage est élevé. Le plus simple n'est pas de gérer, de domestiquer, de travailler sur la peur; ces actions sont liées à l'hémisphère gauche du cerveau qui n'est pas en mesure de gagner la bagarre.

Le cas échéant, nous mettons de l'huile sur le feu et nous alimentons la dualité. 

Contrôler un conflit est trop exigeant, cela provoque des dépressions et des épuisements professionnels.

Le faire cesser amène le calme et la libre circulation de l'énergie.

Si l'énergie de la tête est déjà pleine d'agitation, comment pouvons-nous accueillir la réponse souhaitée, c'est-à-dire l'intuition ?

La recette, c’est de lâcher prise. Se demander ce que j'ai réellement peur de perdre est un excellent moyen d'y arriver. Est-ce que je peux vivre avec le pire scénario que j'imagine ?
Si ma réponse est un oui sincère, le calme appellera inévitablement l'intuition à la rescousse.

L'intuition est une énergie calme. C'est une énergie d'ouverture à  la vie et au bien-être. L'intuition c'est le message de l'âme qui se fait entendre lorsque le conflit intérieur a laissé tomber les armes.

Les réponses intuitives sont surprenantes, faciles et toujours agréables à entendre.

Elles font souvent sourire car elles amènent la conviction que nous sommes en unité avec la Vie. Que tout est déjà là en nous ! Il ne suffit que d'attendre et capter les réponses.

Les émotions peuvent être agréables (joie) ou désagréables (peur).

Les véritables réponses intuitives sont issues de l'hémisphère droit du cerveau qui est lié à notre don sacré.

Afin de bien entendre ces réponses, il faut avoir pris l'habitude de syntoniser cette fréquence de calme. Comme un poste de radio qui nous livre les réponses continuellement mais que nous sommes en mesure d’entendre lorsque les enfants ne se chicanent plus.

L'habitude de la méditation nous aide à trouver cette fréquence.

Ne dit-on pas que les gens qui méditent sont plus zen, plus détendus, plus souriants, plus confiants ?

Durant deux années entières, notre plus grand cerveau gauche reconnu (Albert Einstein)
se posait les questions concernant la loi de la relativité...

Il aurait trouvé sa réponse en allant faire une marche avec un ami.

De quoi méditer...