La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

La personne anxieuse

C’est très difficile de traiter l’anxiété même pour les thérapeutes les plus chevronnés car les personnes anxieuses ne font pas confiance.

Comment aider quelqu’un qui ne fait pas confiance s’il n’est pas ou est peu ouvert à l’aide proposée?

Les personnes anxieuses ne se font pas confiance, ne font pas confiance aux autres, ne font pas confiance à la vie. Elles vivent avec la peur au ventre, elles ont peur de se faire flouer, de se faire juger, de se faire ridiculiser… Elles ont peur d’avoir peur et en souffrent énormément. Parfois, elles souffrent tellement en se coupant de ce qu’elles ressentent qu’elles somatisent, le corps parle souvent très fort.

Le cerveau en constant état d’alerte secrète du cortisol et de l’adrénaline, et les personnes anxieuses se croient souvent plus futées car les activités cérébrales sont en hyperactivité dans un mode d’analyse et de jugement constant.

Elles deviennent «junky» à ces hormones de stress; le cerveau les réclament.

Le problème c’est que la peur est issue de l’imaginaire et non de la réalité. Les personnes anxieuses confondent l’action et l’agitation. Agitées, elles se croient dans l’action.

Le malaise vient du fait qu’elles n’aiment pas être jugées et souvent leurs attitudes sont tellement incohérentes qu’elles attirent forcément les jugements.

En général, comme ces individus détestent être jugés, ils se méfient et se croient logiques en jugeant que les autres doivent les juger!

Ils ont tellement peur de ce qu’ils considèrent des drames qu’ils les vivent constamment.

Les gestes les mieux intentionnés seront souvent perçus par eux de manière biaisée, ils se braqueront devant un mouvement de main rempli de tendresse y voyant une bonne claque venir. Et ils se trouveront futés d’avoir évité le pire.

N’est-ce pas la loi d’attraction d’attirer ce qui nous fait peur?

Plusieurs démarches proposent de se fier à ce qu’ils ressentent. Or s’ils se fient à la peur ressentie, ils tournent et tournent en rond accentuant le malaise qui deviendra probablement plus important comme des crises de panique…

 

Plusieurs démarches proposent aux anxieux d’en venir à contrôler cette anxiété. C’est la proposition d’un nouveau combat interne et je n’ai jamais vu personne arriver au calme en utilisant les armes contre soi.

Ce que je propose est de trouver quelles sont les sources de ces anxiétés. Il peut s’agir d’un enfant ayant été humilié devant les autres par un professeur à quelques reprises…

Parfois les évènements sont peu importants en tant que tels mais ont laissé des traumatismes importants chez l’individu. L’enfant anxieux a souvent des parents très protecteurs. Le message des parents est davantage « je suis là pour te protéger » donc il pense avoir raison d’avoir peur. Alors qu’il faut que les enfants aidés de leurs parents dépassent la peur.

La peur garde notre énergie dans notre tête. Si on ne la nourrit pas, la peur s’en va. Si on la nourrit, ça devient un monstre qui nous avale.

Encore une fois, la meilleure méthode selon moi est de se connecter à l’énergie du cœur afin d’y secréter sa sérotonine naturelle sans effets secondaires.

La méditation du cœur est ce que je considère être le meilleur choix. Après une méditation facile, le monde est transformé, il est plus lumineux aux yeux du méditant qui y trouve du réconfort.

 

*pour des détails sur la différence entre l’instinct et l’intuition, cliquez ICI.